L’Accessoire ultime qui dépanne en #vanlife

Si vous nous suivez sur Instagram et Facebook ,vous avez pu suivre notre mésaventure avec notre Van, il y a quelques jours.

En effet, l’embrayage a lâché. A 39 ans, pas sûr qu’il ait déjà été changé. Maintenant, c’est fait. Nous avions également un petit problème de frein à main, mais cela aussi a été résolu : bref, notre maison sur roue était presque opérationnel.

Et oui, presque, car le câble servant au réglage du ralenti moteur a décidé de se faire la mâle. Donc pas de problème pour accélérer, mais dès que j’appuyais sur l’embrayage en lâchant complètement l’accélérateur, le ralenti était excessivement bas. Nous sommes tout de même arrivés hier soir, sur un stationnement. Étant donné que nous n’avions pas encore la solution, nous avons décidé qu’il fallait attendre le lendemain pour trouver la marche à suivre afin de résoudre ce problème.

Ce matin, nous avons repris nos petites habitudes, nous avons profité du port de plaisance pour faire diverses activités avec les enfants. Nous sommes partis en balade et pris le repas… à l’heure espagnole…

Les enfants jouent dehors quand Adam, notre numéro 2, passe la porte du Van avec un déchet. Mais pas n’importe lequel. D’un seul coup, j’ai l’IDEE, celle qui m’est servie sur un plateau et qui me fait dire « bon sang mais c’est bien sur » !!! Il avait dans les mains LA solution.

Je sais ce que je dois faire et me mets en action immédiatement. Cet accessoire, je l’ai a coté de moi en permanence quand je conduis. Il m’est inconcevable de ne pas en avoir une boite dans le Van. C’est une longue histoire, mais on pourrait vite se retrouver a l’arrêt si certains lâchaient.

J’en prends un, je me rends compte que ça ne va pas suffire, avec deux, c’est encore limite. Pas de problème le troisième n’est pas loin. Assemblage ok.

Je demande à Jessica de tenir l’accélérateur un peu enfoncé, j’effectue les réglages nécessaires selon moi.

Moment de vérité. Je démarre confiant. Le ralenti est presque parfait. Un brin de serrage en plus. On est bon.

Cet accessoire détourné de son utilisation, c’est le collier rislan, bref du collier électricien.

Il nous en reste 6. Autant vous dire que le stock se réduit et que l’on va faire en sorte d’en retrouver rapidement, même si l’on en fait pas une grosse consommation.

Vidéo – [💫Notre Spot Idéal💫] #vanlife en #Toscane

Coucou les co-voyageurs,

Vivre en Van ou en camping-car c’est un peu comme être des escargots 🐌 toujours notre maison sur le dos 😅mais c’est encore mieux d’être en mesure de choisir le lieu où nous nous arrêtons. 

Par ici 👈 pour voir cette vidéo 🎥

On vous explique ce que nous recherchons à travers le voyage et ce qui a un sens pour nous. 

Les 5 Terres

En venant en Italie, la destination des Cinq Terres était, pour nous, une évidence.

Depuis plusieurs années, les bloggers, influenceurs, youtubeurs, nous font rêver avec leurs photos. Début avril, ce fut à notre tour de découvrir ces villages de pêcheur.

Pour les découvrir, nous décidons de partir en train de La Spézia, ville où nous établissons notre camps pour l’occasion Sur un stationnement choisi sur Park4night. Nous prenons le parti de faire la tournée des cinq villages en une seule journée. Pourquoi? A cause du budget que représente la visite :
– le train à 52 € (un pass 2 adultes et 2 enfants à 42€ et un enfant supplémentaire à 10€),
– le bus 13.50 € le carnet de 10 trajets nous permettant de faire l’allée-retour (peut être vendu au ticket à 1.5€ le trajet),
– l’aire de camping car à 6€ les 24 heures (si besoin d’électricité, prévoir 6 € supplémentaire par jour).
Soit un total de 71.50 € la journée pour une famille de 5 personnes.

Le 08 avril, jour J de la visite, nous nous levons tôt et quittons l’aire à 7H15.
7H25 : nous prenons le bus à 200m de l’aire de cc. Une fois dans le bus, il faut compter 25 min de trajet pour arriver à la gare.
7H50 : arrivée à la gare, nous prenons le train de 7H55.
8H05 : nous arrivons dans le premier village, Riomaggiore. Nous sommes quasiment seuls à notre arrivée et nous profitons des belles couleurs du ciel pour visiter ce premier port. Nous montons, nous descendons dans le village jusqu’à sa digue. En entamant la remontéé vers la gare, nous décidons de prendre des capuccinos et des gateaux pour les garçons. En tout et pour tout nous passons environ 2 heures ici. Nous aurions pu y rester davantage de temps mais nous avons penser à nos enfants, pour qu’ils tiennent toute la journée.

 

environ 10H00 : train pour Manarola, 5 min de trajet.
Dès la sortie du train, nous sommes choqués par le monde présent aux abords de la gare, surtout après avoir visités le premier village quasi désert. Les touristes arrivés en groupe sont nombreux, ça cours partout, changement d’ambiance. Malgré tout, nous apprécions la découverte de ce deuxième village, plus important que le premier. Une partie de la balade se fait en bord de falaise, avec pour fonds sonores, de la musique de musiciens de rue . Nous faisons le tour en 1H30 environ.

 

11H30 : train pour Corniglia : 5 min de trajet.
Nous arrivons par le bas de la ville. A la sortie de la gare nous voyons une navette gratuite qui attend des passagers. Nous préférons marcher. Pendant 500 mètres, tout va bien, le chemin est plat. Puis ça se corse lorsqu’on voit les escaliers. Je ne peux pas dire exactement, le quantité de marches, mais il y en a un certain nombre. Au bout de 15 minutes de montée, nous nous dirigeons vers l’église où nous pique niquons à la demande générale, car cette dernière montée a fini de nous mettre en appétit. Le repas terminé, nous partons explorer le village. Nous déambulons dans les ruelles jusqu’aux divers belvédères pour profiter des vues qui s’offrent à nous. Une fois le tour dans le village finie, nous prenons, cette fois-ci, la navette pour redescendre jusqu’à la gare. Il faut bien s’accrocher avec la conduite italienne. A la différence des autres ports, nous ne l’avons pas observer coté mer, nous nous sommes contenté de rester sur le haut du village.

 

14H00 : train pour Vernazza : 5 min de trajet.
Arrivés à Vernazza, nous sommes surpris par la densité de touristes et du nombre de français présents sur le site. Il faut dire que c’est le début des vacances de Pâques en France. Nous empruntons la rue principale pour arriver jusqu’à la jetée pour admirer le village côté mer. Nous prenons place pour profiter du moment et de la chaleur du soleil. Les garçons se reposent un peu, afin de reprendre des forces pour continuer notre visite. Nous nous arrêtons manger notre 1ère glace italienne, sous le regard amusé des passants à la vue de nos petits gars moustachus de chocolat.

 

15H30 : train pour le dernier village de Monterosso al Mare : 5 min de trajet.
Nous sommes étonnés, nous ne pensions pas trouver une plage à la sortie de la gare. Pour rejoindre le centre du village nous empruntons la balade du front de mer sur environ 400 mètres. Nous découvrons un point de vue, nous montons les marches pour y accéder. Voyant la fatigue des garçons, nous décidons de ne pas aller plus loin. Nous finissons cette visite par ce point de vue et nous repartons à la gare pour prendre le train de retour pour un trajet d’environ 30 min.
A savoir sur les Cinq terre, les villages ne sont pas accessibles aux véhicules. Toutefois, il est possible de se garer dans des parking payants à proximité de chacun d’eux mais l’accès aux villages se fait par des sentiers pentues.

Avant 2011, il était possible de rejoindre tous les villages par un sentier de randonnée hors, suite à une impressionnante coulée de boue, une grosse partie du sentier n’est plus accessibles à ce jour.

Nous avons beaucoup aimé les Cinq Terres. Selon nous, le dernier village Monterosso al Mare n’est pas un incontournable car beaucoup moins de charme que ses voisins et d’autres villages de la côte tel que Camogli, Portofino, etc… Faire la tournée des Cinq terres se fait très facilement en une journée. Pour en profiter pleinement nous vous conseillons d’y aller tôt pour apprécier leur authenticité. Riomaggiore est notre port préféré car le plus pittoresque.

 

 

Road trip en Sardaigne : Partie 1

Après nos premières semaines de vie nomade, ayant besoin de trouver davantage de chaleur, nous décidons de fouler nos premiers pas en Italie mais à partir de la Sardaigne.

Décision qui a été prise en concertation avec les garçons, car ce voyage, leur appartient aussi. Ni une, ni deux, nous réservons nos billets pour prendre le férie de nuit du 03 février 2019.

Comment s’est passée la traversée?

Mouvementée, avec une mer agitée… Adam et moi (Jessica) avons un petit peu subit le mal de mer qui ne nous a pas totalement lâché une fois arrivés à terre… en tout cas la première journée.

Des notre arrivée à Porto Torres nous prenons la direction d’un petit port de pêche, Stintino dans le nord de la Sardaigne.

 

Nous découvrons un petit village dénué de touriste. Nous restons dans les alentours plusieurs jours, pour découvrir ce que le coin peut nous offrir.

 

Entre petites criques, où les garçons jettent des cailloux dans l’eau, spot en pleine nature à crapahuter sur les rochers en bord de mer et les plages en face de la Torre della Pelosa, qui fut l’endroit choisi par les garçons pour leur première baignade de pieds de l’année (même un peu plus)!

Ce coin de la Sardaigne regorge de villages de vacances totalement déserts en février, il est donc difficile de trouver ne serait-ce un restaurant, prévoir une excursion….

 

Au bout de 3 jours nous décidons de rejoindre la ville d’Alghero. Nous trouvons un spot en bord de mer, qui aurait pu être bien plus agréable sans déchets. Ce n’est pas grave, Anthony sort une poche poubelle et des gans pour nettoyer le devant de notre van avec les garçons. Le lendemain nous partons à la découverte de la vieille ville. Nous flânons dans les ruelles pavées et sur la promenade des remparts. Nous commençons à découvrir l’ambiance sarde.

 

Le soir même, nous décidons de quitter Alghero pour nous rapprocher des grottes de Neptune. Le lendemain matin, en arrivant devant, nous découvrons que le site est fermé exceptionnellement, pour maintenance. Nous décidons donc, de reprendre la route en se disant que ce sera l’occasion pour nous de nous poser ailleurs, et faire les lessives. Au bout de quelques km, Anthony sentant qu’il y avait un soucis au niveau du levier de vitesse me demande de chercher un lieux proche pour s’arrêter. Puis tout à coup en voulant passer une vitesse, Anthony se retrouve avec le levier de vitesse dans la main, à à peine 1 km de notre arrivée. Ne paniquons pas l’important est de ne pas s’arrêter, nous serrons les dents jusqu’au bout, priant pour qu’il n’y ait pas de stop, feu rouge ou autre. Au bout de ces dernières minutes de tension, nous sommes arrivés sur l’aire recherchée. Nous appelons le propriétaire qui nous annonce que c’est fermé. Tant pis, nous restons devant l’entrée jusqu’à ce qu’une dépanneuse vienne nous chercher.

Nous attendons quelques heures l’arrivée de la dépanneuse qui doit nous amener à Sassari, la ville la plus importante du nord de la Sardaigne. Nous avons vu en cette panne, l’occasion de nous poser, de reprendre des forces, de profiter de davantage d’espace et de nous mêler aux locaux durant 4 jours. Avec le recul, c’est ce dont nous avions besoin, pour nous rendre compte que la vie dans notre Van nous manquait et surtout pour réaliser que nous devions prendre davantage notre temps pour la suite du voyage.

A suivre…

Quelques jours en Camargue

2ème semaine depuis notre départ, nos deux grands chez leurs grands-parents, nous profitons de ce moment privilégié avec Camille, notre petit dernier, pour partir explorer la Camargue. Pourquoi avoir choisi cet endroit? Camille adore les animaux mais aime par dessus tout, les oiseaux et les chevaux. La Camargue s’est imposée à nous comme la destination idéale pour aiguiser sa curiosité et son amour des animaux.

C’est partie pour 3 jours d’une grosse bouffée de nature.

Nous arrivons mercredi sur les terres Camarguaise, park4night nous indique un spot pour dormir gratuitement en pleine nature dans le hameau de Montcalm. Nous nous présentons au caveau du domaine de Montcalm, dès notre arrivée pour indiquer notre présence. Nous sommes accueillis avec le sourire et l’on nous propose une dégustation des vins que produits le domaine. Grands épicuriens que nous sommes, nous ne nous sommes pas fait prié. Nous dégustons le blanc, le rouge, le rosé et le célèbre Gris de Camargue tout en écoutant les explications sur l’histoire du domaine, du hameau et sur la façon de produire le vin que nous goûtions.

Ce spot, se trouvant au calme, au milieu des vignes, nous en faisons notre point de chute pour notre séjour.

img_2847

Le lendemain de notre arrivée, nous partons à la découverte des flamands roses, hérons et autres espèces au parc ornithologique du pont de gau. Et quel parc!!! Un endroit où l’oiseau est roi des marais, où l’on se sent en osmose avec la nature. Nous nous baladons sur les chemins aménagés, nous montons sur les promontoires pour avoir une vue sur le paysage des alentours, nous pénétrons dans les observatoires pour regarder les oiseaux sans les déranger. Nous finissons la visite des lieux avec le sourire aux lèvres, et la gratitude d’avoir pu découvrir ce lieux préservé où les animaux sont libres.

Nous finissons notre journée par une promenade en bord de mer aux Saintes-Maries de la Mer. Camille en a profité pour, comme il dit, noyer ses pieds, sauter sur les rochers de là digues et ramasser des coquillages.

3ème jour, nous partons à la découverte d’Aigues Mortes, 1er port français ayant une ouverture sur la Méditerranée. A notre arrivée, nous sommes impressionnés par les remparts entourant cette cité. Nous décidons d’aller les explorer un peu plus prêt. Nous n’avons pas été déçu!

Cette balade en hauteur nous offre une vue imprenable sur la ville, le canal et les Marais salants. De plus, nous pouvons grimper en haut de plusieurs tours qui nous offrent un panorama incroyable sur les alentours. Une promenade d’une heure à en prendre plein les yeux et dans tranquillité la plus totale.

Les tour des remparts terminé, nous nous dirigeons sur la promenade sur les pontons au milieu des marais pour contempler la cité.

img_2936

Dernier jour, avant de quitter la Camargue, nous faisons un arrêt à la Tour Carbonniere qui nous a été conseillée par plusieurs personnes pour sa vue à 360 degrés sur la Camargue. Et encore une fois, nous nous sommes ébahi devant la beauté de ce paysage si particulier, si sauvage, si bien préservé.

Amoureux de la nature que nous sommes, nous avons été séduit par ce territoire, ses habitants, et son patrimoine naturel et historique. Un bel endroit à faire en famille.