L’Accessoire ultime qui dépanne en #vanlife

Si vous nous suivez sur Instagram et Facebook ,vous avez pu suivre notre mésaventure avec notre Van, il y a quelques jours.

En effet, l’embrayage a lâché. A 39 ans, pas sûr qu’il ait déjà été changé. Maintenant, c’est fait. Nous avions également un petit problème de frein à main, mais cela aussi a été résolu : bref, notre maison sur roue était presque opérationnel.

Et oui, presque, car le câble servant au réglage du ralenti moteur a décidé de se faire la mâle. Donc pas de problème pour accélérer, mais dès que j’appuyais sur l’embrayage en lâchant complètement l’accélérateur, le ralenti était excessivement bas. Nous sommes tout de même arrivés hier soir, sur un stationnement. Étant donné que nous n’avions pas encore la solution, nous avons décidé qu’il fallait attendre le lendemain pour trouver la marche à suivre afin de résoudre ce problème.

Ce matin, nous avons repris nos petites habitudes, nous avons profité du port de plaisance pour faire diverses activités avec les enfants. Nous sommes partis en balade et pris le repas… à l’heure espagnole…

Les enfants jouent dehors quand Adam, notre numéro 2, passe la porte du Van avec un déchet. Mais pas n’importe lequel. D’un seul coup, j’ai l’IDEE, celle qui m’est servie sur un plateau et qui me fait dire « bon sang mais c’est bien sur » !!! Il avait dans les mains LA solution.

Je sais ce que je dois faire et me mets en action immédiatement. Cet accessoire, je l’ai a coté de moi en permanence quand je conduis. Il m’est inconcevable de ne pas en avoir une boite dans le Van. C’est une longue histoire, mais on pourrait vite se retrouver a l’arrêt si certains lâchaient.

J’en prends un, je me rends compte que ça ne va pas suffire, avec deux, c’est encore limite. Pas de problème le troisième n’est pas loin. Assemblage ok.

Je demande à Jessica de tenir l’accélérateur un peu enfoncé, j’effectue les réglages nécessaires selon moi.

Moment de vérité. Je démarre confiant. Le ralenti est presque parfait. Un brin de serrage en plus. On est bon.

Cet accessoire détourné de son utilisation, c’est le collier rislan, bref du collier électricien.

Il nous en reste 6. Autant vous dire que le stock se réduit et que l’on va faire en sorte d’en retrouver rapidement, même si l’on en fait pas une grosse consommation.

La ville rose, de Saint Étienne à Saint Michel

Aujourd’hui, je vous emmène le temps d’un après midi à la découverte de la ville rose. Ce weekend, c’était le « World Instameet » organisé par la communauté d’instagrameurs de « igerstoulouse ». Une occasion pour cette édition de revenir aux bases d’Instagram en publiant uniquement des photos carrées.

C’est une façon sympa de découvrir des lieux, de les voir évoluer et aussi de faire des rencontres.

Départ avec la ligne B du métro toulousain depuis Borderouge, jusqu’à la station François Verdier.

img_9359

Un petit stop pour un petit peu d’histoire : qui était François Verdier ? C’est un héro de la résistance française de la seconde guerre mondiale, responsable de la résistance dans le sud ouest, torturé et assassiné par la guestapo en 1944. Un artisan le la paix connu sous le pseudonyme de Forain.

img_9361

 

Avant même la sortie de la station, je sens l’animation et la douce chaleur de cette belle journée d’automne.

img_9363

J’ai de l’avance alors je déambule le long de la rue de Metz et j’admire ses magnifiques façades.

img_9366

C’est l’heure : difficile de louper le monument dédié aux anciens combattants, lieu de rencontre afin de partir en balade. Une fois le regroupement fait, nous partons le long des allées Forain-François Verdier et déambulons à travers la brocante qui y est installée.

img_9364

img_3081

img_9368

Nous arrivons au square Boulingrin, le grand rond où les toulousains, viennent « chiler », jouer, pique-niquer entre amis ou en famille… les couleurs de l’automne pointent timidement le bout de leur nez, le soleil nous offre encore ses chauds rayons.

img_3083

img_3090

Nous empruntons la passerelle qui nous mène au jardin des plantes, poumons de verdure en centre ville. Nous contournons ensuite le Muséum de Toulouse et remontons maintenant les allées Jules Guesdes, ancien parking, qui depuis quelques années ont laissées place au tram, piste cyclable et grands trottoirs.

img_3092

img_3094

img_3096

img_3100

Nous terminons l’après midi autour d’un verre, le temps se gâte, le temps de reprendre le métro et d’observer encore quelques de belles couleurs a travers les nuages.

img_9382

img_9384